Contexte

Au titre de la réalisation de sa mission de coordination et de suivi de la mise œuvre de la stratégie nationale de sécurité alimentaire et de résilience, le secrétariat exécutif du Conseil National de Sécurité Alimentaire (SE-CNSA) constate que l’un des piliers, pourtant essentiel, de la sécurité alimentaire, en l’occurrence l’Utilisation des aliments Disponibles et Accessibles aux consommateurs, a longtemps été laissé pour compte au profit des deux premiers (Disponibilité et Accessibilité).
Or, avec les professionnels de l’alimentation et bien d’autres acteurs, l’on s’accorde à reconnaître un fait immuable : la nature et la qualité des aliments que nous consommons, autant que la manière dont ils sont consommés ont un impact sur notre santé.
Quel est donc l’état des connaissances sur le sujet ? Quelle est la proportion des consommateurs du pays qui en est réellement informée ?

En effet, au fil des enquêtes régulières que mène le SE-CNSA à l’échelle des ménages sur l’ensemble du territoire national, il apparaît nettement, qu’au-delà des questions de disponibilité et d’accessibilité des produits agroalimentaires, une très large proportion de nos ménages (ruraux comme urbains) souffre d’une alimentation inadéquate pouvant affecter, souvent insidieusement, leur santé.

C’est dans ce contexte spécifique que le SECNSA, au nom et pour le compte des pouvoirs publics, invite les acteurs (professionnels ou non de l’alimentation et de la nutrition) à une large concertation technique en vue de débattre de la question et de proposer des éléments de réponses efficaces et rapides et d’en faire profiter le maximum possible de consommateurs.

Il s’agit, en termes de finalité et/ou de vision, de s’arrimer aux objectifs du PSE de sorte qu’à l’horizon 2035, le Sénégal qui sera alors parmi les pays qui auront émergé, offre en exemple, au reste de l’Afrique voire du monde un modèle d’alimentation qui préserve sa population des maladies liées aux pratiques alimentaires inadéquates. C’est tout le sens et la justification de ce Forum national sur les prospectives alimentaires du Sénégal.

 

Objet et intérêt du forum

Que savons-nous de ce que nous consommons et de nos modes d’alimentation ? Que devrions-nous faire de ce que nous savons à ce propos ? Le Forum National Prospectives Alimentaires du Sénégal a pour objet de convier les acteurs de la sécurité alimentaire et de la nutrition (publics et privés, partenaires, société civile, chercheurs, professionnels de la santé, etc.) à se retrouver, pendant deux jours, en vue de tenter d’apporter des éléments de réponses claires à ces deux questions essentielles.

But du forum

Ce forum a pour but de contribuer à la promotion de modes d’alimentation qui préservent durablement la santé des populations.

Objectifs du forum

Le forum Prospectives Alimentaires se fixe comme objectifs principaux de : Faire le point de l’état des connaissances sur les modes d’alimentation passés et en cours dans le Sénégal Passer en revue les modes d’alimentation connus et les tendances actuelles du pays Discuter des corrélations possibles entre les mauvaises pratiques alimentaires, la prolifération de certaines affections chroniques non transmissibles et certaines intoxications alimentaires Dégager les tendances fortes, en termes de santé publique et d’Impact sur l’économie nationale de différents scenarii de modes d’alimentation Capitaliser les bonnes pratiques alimentaires qui contribuent à préserver durablement la santé des populations Communiquer et sensibiliser sur les bonnes pratiques alimentaires qui préservent durablement la santé des populations Jeter les bases de la production d’un guide formel des bonnes pratiques alimentaires au Sénégal Annoncer le plan d’action opérationnel de mise en œuvre dudit guide

Résultats attendus

Entre autres résultats attendus, le forum se veut atteindre les résultats suivants :

l’élaboration d’un guide formel des bonnes pratiques alimentaires au Sénégal est amorcée ;
un plan d’action opérationnel de mise en œuvre du guide des bonnes pratiques alimentaires est élaboré et adopté ;
un comité de pilotage chargé de la finalisation du guide des bonnes pratiques alimentaires et du suivi de la mise en œuvre du plan d’action est mis en place. Il sera composé de professionnels de la santé, de la nutrition, de chercheurs, de représentants des consommateurs, entre autres.